Les OGM en France : Un sujet pour tous ou seulement pour les écologistes ?

Les OGM, ou les Organismes Génétiquement Modifiés, ont été reconnus en France par la Directive 2001/18/CE du Parlement Européen et du Conseil qui autorise les produits génétiquement modifiés à traverser les frontières des pays membres de l’UE. La France a répondu par l’interdiction du maïs MON810 et la demande à la Commission européenne de permettre la limitation de l’importation des produits OGM. Parmi des opinions variables des Français sur les OGM, il semble que la France s’oppose officiellement à la politique de l’Union Européenne concernant les OGM. Les OGM semblent un sujet simultanément écologique, politique et économique. Pour les partis écologiques, la position contre les OGM est évidente mais pour la gauche et la droite, cette position demeure contestable. Seuls les partis écologiques s’intéresseraient à l’OGM ? Cela reste en question.

 En effet, bien que les avis sur l’OGM  de partis non-écologiques ne sont pas aussi bien connus que ceux des verts, les partis non-écologiques de gauche et droite réfléchissent également sur le sujet. De la même manière que les deux côtés sont souvent divisés, ils sont séparés en ce qui concerne les OGM. En général, les gauches s’opposent aux OGM. Quant à l’interdiction du maïs transgénique MON810, le Parti Socialiste et la gauche radicale ont voté comme les Verts. Néanmoins chaque parti de gauche se justifie avec sa raison particulière. Les socialistes sont fondamentalement contre les OGM à cause du risque de santé. Au contraire, les communistes font référence à l’aspect capitaliste des OGM dans la production agricole.

Malgré cet accord général de la gauche contre les OGM, le Parti Socialiste est lui-même divisé. Par exemple, Jean-Yves le Déaut et Manuel Valls sont des membres du PS qui soutiennent les OGM en s’attachant aux recherches scientifiques. Déaut, en particulier, croit que le refus des OGM est basé davantage sur les sentiments que sur la science. Donc, selon lui, les arguments contre les OGM ne sont pas suffisants. D’autre part, Valls prétend que les OGM sont importants pour la sécurité alimentaire. Malgré ses différences logiques, les deux socialistes partagent une opinion positive pour cette innovation. C’est à dire que les supporteurs et les opposants existent dans la gauche. Donc, la tradition politique de gauche ne prédétermine pas nécessairement le refus des OGM.

Selon François Grosdidier, un membre de l’Union pour un Mouvement Populaire, la droite s’occupe peu des OGM, mais chacun les étudie et chacun arrive à des opinions différentes. Ainsi, l’ancien président Nicolas Sarkozy et Grosdidier, en s’opposant aux OGM, ils exigent plus de recherches scientifiques qui puissent assurer l’effet de la consommation des produits transgéniques. Au contraire, Michel Raison, un autre membre de l’UMP, soutient les OGM parce qu’il fait confiance à la recherche scientifique actuelle. En dépit du fait que les deux côtés politiques sont presque toujours en désaccord, les raisons en faveur et contre les OGM de la gauche et de la droite se ressemblent beaucoup. C’est à dire que le sujet des OGM est indépendant des traditions politiques donc ce n’est pas un objet de litige pour une idéologie spécifique.

Il semble qu’en fait les seuls partis qui s’inquiètent des OGM sont les écologiques, comme les Verts. En réalité, ces partis écologiques font beaucoup plus de travail en ce qui concerne les OGM que les autres partis parce qu’ils se concentrent sur les questions de l’environnement. Selon Pierre Taminiaux, un professeur à Georgetown aux Etats-Unis, « les groupes et les personnes qui s’opposent aux OGM sont les plus marginalisées. En fait, il y a finalement peu de véritables initiatives sur cette question des partis traditionnels. » Ces derniers temps, le sujet des OGM, ou de l’environnement plus généralement, est devenu suffisamment politisé qu’avant. Donc pour s’adapter au climat politique, les groupes écologiques se comportent souvent comme un syndicat indépendant qui promeut l’environnement à gauche et à droite, au lieu d’être une tierce partie qui travaille tout seul pour la lutte contre les OGM. De cette façon, les groupes écologiques peuvent promouvoir leurs idées et leurs espoirs en tandem avec le gouvernement. Par exemple, en 2007 sous la présidence Sarkozy, les écologistes ont réussi à interdire la culture des OGM en France par le biais d’une concession pour qu’ils participent au Grenelle de l’environnement.

Plus récemment, les écologistes se sont fait entendre et ils ont fait pression contre des lois sur la production des OGM tandis que les autres partis étaient plus silencieux. En 2014, les Verts ont déposé une proposition de loi pour interdire la culture de tous les OGM en France. Ils ont été plus militants que les socialistes qui ont présenté une proposition pour interdire uniquement les maïs génétiquement modifiés. En ce temps-là, le MON810 de Monsanto était le seul maïs OGM autorisé à la culture dans l’UE, mais les Verts ont justifié leur proposition par le principe de précaution de la Charte de l’Environnement de la Constitution.

De plus, en janvier de cette même année, les eurodéputés ont adopté un amendement permettant à un pays de l’Union de s’opposer aux cultures d’OGM sur son territoire : ceux qui souhaitent bannir des OGM devront négocier avec les semenciers pour leur demander d’être retirés du périmètre de culture choisie par les entreprises. Les verts ont voté contre le texte ayant mis l’accent sur le risque de distorsion de concurrence pour les agriculteurs n’utilisant pas les OGM. En avril de 2015, la Commission a autorisé l’importation et la commercialisation de 19 OGM et le Parlement a définitivement adopté le projet de loi le 24 novembre de 2015. Les Verts ont protesté contre la loi “hypocrite” et ils l’ont dénoncée comme “un cadeau aux lobbies” à cause de la libre circulation et comme une “insulte faite aux consommateurs européens majoritairement opposés à la consommation d’OGM.”

Une autre raison pour la véritable absence des grands partis politiques en ce qui concerne les OGM est l’économie. Les présidents Sarkozy et Hollande, même s’ils venaient des partis différents, se sont préoccupés principalement de l’économie faible donc pas de l’environnement pendant leurs mandats. A cause de la décroissance économique, l’environnement est plus que jamais devenu un intérêt secondaire. Naturellement, les Verts et les autres écologistes ont essayé de promouvoir les intérêts environnementaux pour le compte de tous les partis mais cet effort s’est avéré très difficile.

Ce qui pose plus de problèmes dans le rapport de l’économie et de l’environnement, surtout avec les OGM, est le capitalisme vert. Le capitalisme vert est une philosophie qui mélange le capitalisme avec une conscience écologique en disant que les OGM et la géo-ingénierie doivent répondre au changement climatique et à l’écroulement de la biodiversité. Les Verts et des autres écologistes militants s’opposent au capitalisme vert parce que ce modèle dit que les OGM sont un bien durable à la fois pour l’économie et l’environnement. Parce que les partis écologiques ne soutiennent pas le capitalisme vert ni n’acceptent un autre grand modèle économique, ils existent dans un espace difficile dans la politique et les OGM sont devenus un sujet de querelle pour la France comme membre de l’Union Européenne.

Jusqu’à maintenant, la France a choisi une position officielle contre la culture des OGM mais le débat continue. Malgré leurs tendances idéologiques, les grands partis de gauche et de droite sont tous les deux divisés sur les OGM. Par conséquent, il semble que les seuls partis qui s’intéressent aux OGM soient les écologiques, surtout les Verts, parce qu’ils se concentrent sur l’environnement. Avec chaque proposition de loi et chaque protestation contre les OGM, les partis écologiques prouvent qu’ils sont beaucoup plus inquiets et dévoués sur la question des OGM que les partis traditionnels.

Un article de Suwanmalee et Caballero


1-« Directive 2001/18/CE du Parlement européen et du Conseil du 12 mars 2001 relative à la dissémination volontaire d’organismes génétiquement modifiés dans l’environnement et abrogeant  la directive 90/220/CEE du Conseil – Déclaration de la Commission Journal. » Euro-Lex.<http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:32001L0018:FR:HTML>.

2-« Le PS, les écologistes et le FDG ne veulent ‘pas de culture d’OGM en France.' » L’Express. <http://www.lexpress.fr/actualite/politique/ le-ps-les-ecologistes-et-le-front-de-gauche-ne-veulent-pas-de-culture-d-ogm-en-france_1509147.html>.

3- « Lettre n°9 – mars 2008 – Communisme et Ecologie /Dossier OGM agroalimentaires. » PCF.<http://www.pcf.fr/2619>.

4-« Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques Séance du 28 juin 2011 à 16h30. » <http://2007-2012.nosdeputes.fr/seance/ 5248#inter_f80278d93a45170f6992c9c1c7ea7cd5>.

5- FURET, Anne. « Les députés UMP débattent des OGM. » inf’OGM. <http://www.infogm.org/les-deputes-ump-debattent-des-ogm>.

6- Mennessier, Marc. « La France persiste à refuser les OGM. » LE  Figaro.<http://www.lefigaro.fr/environnement/2011/11/29/01029-20111129ARTFIG00704-la-france-persiste-a-refuser-les-ogm.php>.

7- Alexandre Devecchio, “L’écologie politique est-elle vraiment de gauche?,” http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/08/21/31001-20140821ARTFIG00327-l-ecologie-politique-est-elle-vraiment-de-gauche.php, (Le 21 août, 2014).

8- Marcel Kuntz, “Pourquoi l’interdiction de culture des OGM en France ne nous en protège absolument pas (à supposer qu’ils soient dangereux),” http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-interdiction-culture-ogm-en-france-ne-en-protege-absolument-pas-supposer-qu-soient-dangereux-marcel-kuntz-1615069.html, (Le 16 juin, 2014).

9- Marcel Kuntz, “Pourquoi l’interdiction de culture des OGM en France ne nous en protège absolument pas (à supposer qu’ils soient dangereux),” http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-interdiction-culture-ogm-en-france-ne-en-protege-absolument-pas-supposer-qu-soient-dangereux-marcel-kuntz-1615069.html, (Le 16 juin, 2014).

10- Marcel Kuntz, “Pourquoi l’interdiction de culture des OGM en France ne nous en protège absolument pas (à supposer qu’ils soient dangereux),” http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-interdiction-culture-ogm-en-france-ne-en-protege-absolument-pas-supposer-qu-soient-dangereux-marcel-kuntz-1615069.html, (Le 16 juin, 2014).

11-Le Figaro, “”L’Union européenne autorise 19 OGM et met tout le monde en colère,” http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/04/24/01008-20150424ARTFIG00413-l-union-europeenne-autorise-19-ogm-et-met-tout-le-monde-en-colere.php, (Le 25 avril, 2015).

12- Alexandre Devecchio, “L’écologie politique est-elle vraiment de gauche?”, Le Figaro, 21 août 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.